Newsletter 7 – Novembre 2016

BUREAU DE LIAISON FRANÇAIS DE L’EORTC

Par Justine Bobinnec1 et Beata Juzyna1– Agents de liaison en France et équipe du siège de l’EORTC2
1Bureau de liaison de l’EORTC auprès d’UNICANCER, Paris, FR ; 2Bureaux de communication et de politique internationales du siège de l’EORTC, Bruxelles, BE

Édito

Chers collègues,

EORTC a eu une année productive en 2016 et j’aimerais profiter de cette newsletter pour vous informer des progrès effectués dans notre mission de fournir aux patients une survie prolongée et une amélioration de la qualité de vie.

Aujourd’hui nos collaborations continuent à fournir une recherche percutante pour  répondre aux défis du traitement du cancer, ne laissant personne de côté, telle qu’illustrée par les nombreuses études importantes publiées cette année, incluant:

Les résultats finaux d’une étude de phase III en collaboration avec les groupes Leucémie GIMEMA et Pfizer pour évaluer l’efficacité et l’innocuité du Gemtuzumab Ozogamicin qui a démontré une survie globale considérablement améliorée par rapport au BSC chez les patients âgés atteints de leucémie myéloïde aiguë (LMA) inéligibles pour une chimiothérapie intensive.

L’étude EORTC CREATE évaluant l’activité et l’innocuité du Crizotinib dans 6 types indépendants de tumeurs très rares dont les carcinomes à cellules papillaires du rein type 1 et des réponses partielles confirmées de mutations de MET, ouvrant la route pour plus d’explorations pour ces formes rares de cancer.

Trois études EORTC présentées à la réunion annuelle de la Société Américaine d’Oncologie Clinique (American Society of Clinical Oncology, ASCO) révèlent des découvertes importantes dans le traitement des tumeurs rares du cerveau:

  • Un essai de phase III sponsorisé par le Groupe Canadien d’Essais en Oncologie (Canadian Cancer Trials Group) présenté lors de la session plénière, a démontré le bénéfice d’un schéma plus court de rayonnement associé à une chimiothérapie qui améliore de 10% la survie à 2 ans sans impact sur la qualité de vie chez des patients âgés atteint d’un glioblastome.
  • L’étude CATNON démontre que la chimiothérapie après la radiothérapie pour les patients atteint d’un gliome anaplastique retarde la progression tumorale et améliore le taux de survie à 5 ans de 44% à 56%.
  • Et l’étude de phase III EORTC 26101 a exploré l’usage du bevacizumab en combinaison avec de la lomustine chez des patients atteint d’un glioblastome récurrent et alors qu’il n’y avait aucune amélioration du taux de survie global pour ces patients, la croissance de la tumeur a été retardée.

L’étude MINDACT en partenariat avec BIG (Breast International Group) et publiée dans le NEJM qui montre  que 46% des femmes atteintes d’un cancer du sein de stade précoce qui recevaient actuellement un traitement de chimiothérapie adjuvante pourraient considérer poursuivre ce traitement additionnel évitant ainsi ses effets secondaires graves sans impact sur le résultat.

L’étude EORTC 22033-26033, publiée dans The Lancet, a démontré qu’il n’y avait pas de différences significatives dans la survie sans progression (SSP), la qualité de vie liée à la santé (QVLS) et les fonctions cognitives chez des patients atteints d’un gliome de grade faible qui ont été traités soit par une radiothérapie standard soit par une chimiothérapie de première ligne.

L’essai randomisé de phase III EORTC 18071 impliquant des patients atteints d’un mélanome à haut risque de stade III réséqués a démontré que ce traitement adjuvant avec   l’inhibiteur ipilimumab améliore de façon significative la survie globale, la survie sans métastase distante et la survie sans récurrence comparé au placébo. Ces résultats ont été publiés dans NEJM et présentés au premier symposium présidentiel à l’ESMO.

Avec ces résultats qui sont trans-tumeurs, fréquentes et rares; s’adressant à des populations diverses incluant des personnes âgées; des situations cliniques différentes précoces et avancées ; et des modalités thérapeutiques diverses et leurs combinaisons, l’EORTC confirme sa position de leadership de premier rang en Europe en tant qu’infrastructure de recherche clinique multidisciplinaire.
Avec la collaboration de son réseau, le portfolio de l’EORTC continue de prospérer:

  • 18 nouvelles études démarrées en 2015 et probablement autant en 2016
  • 48 études actuellement ouvertes au recrutement patient
  • 14 études en cours d’activation règlementaire
  • 47 études en développement
  • Collaborations dans 37 pays à travers l’Europe, l’Asie et l’Amérique du Nord

De plus, l’EORTC agrandit son réseau, met en place de nouveaux partenariats avec des sociétés professionnelles, des organisations de patient et d’autres partenaires afin d’élargir la portée et l’impact de nos activités, incluant:

  • Un partenariat avec l’IBBL (Integrated Biobank of Luxembourg) et une collaboration avec la société Ignyta pour faire avancer l’initiative SPECTA et le développement de la médecine de précision.
  • Un partenariat avec la SIOPe pour l’assurance qualité dans la radiothérapie pédiatrique.
  • Un partenariat avec des organisations de patient et industrielles sous l’IMI pour EUPATI qui permet de fournir une information compréhensive, objective et fiable aux patients sur la recherche et développement des médicaments.
  • En association avec l’ESSO et le JCOG, l’initiative SURCARE vise à développer des standards de haute qualité pour la recherche clinique sur la chirurgie prospective.

Dernier point, mais non le moindre, la réunion sur les réglementations européennes et l’IBCD (Innovation et Biomarqueurs dans le développement de médicaments contre le cancer) ont mis en évidence des points réglementaires importants pour maintenir un environnement propice à une recherche clinique indépendante en Europe et a souligné le besoin d’une transition structurée et coordonnée de la science des biomarqueurs à des applications plus pratiques prenant en compte les intérêts et les besoins de tous les partenaires.

Avec votre contribution importante en tant que membres de l’EORTC et investigateurs, et le soutien des coordinateurs nationaux dont le dur labeur assure que nous puissions ouvrir des études de haute qualité à l’international, nous sommes confiants que ces activités permettront d’aider à remédier aux insuffisances dans le traitement clinique du cancer et apporter de l’innovation pour nos patients. Nous vous remercions pour votre engagement continu car nous travaillons ensemble pour faire face à un environnement en évolution rapide avec son lot de défis et d’opportunités.

Cordialement,

Denis Lacombe
Directeur Général de l’EORTC

Portrait d’un des principaux leaders d’opinion de l’EORTC


Prof. Eric Raymond,
Chef de Service d’Oncologie Médicale – Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph – Paris 14ème

Nous avons eu l’occasion de poser quelques questions au professeur Eric Raymond, professeur en oncologie médicale, Chef de service d’oncologie médicale du groupe hospitalier Paris Saint Joseph en France.
Spécialisé en pharmacologie expérimentale et clinique ainsi qu’en biologie cellulaire et moléculaire, le Professeur Raymond a travaillé sur des mécanismes précliniques d’action et des combinaisons de plusieurs médicaments anticancéreux novateurs, se focalisant sur la recherche en laboratoire translationnelle et sur les essais cliniques précoces.

« Depuis de nombreuses années je me suis intéressé au développement précoce de nouveaux médicaments et eu la chance de participer à l’enregistrement de certaines de ces nouvelles molécules, » dit le professeur Raymond. « La recherche pharmacologique préclinique et translationelle représente actuellement la pierre angulaire de la médecine de précision qui devient progressivement un standard dans la prise en charge de nos patients. Si les progrès sont considérables, de nombreux domaines restent encore insuffisamment explorés. »

Le professeur Raymond est l’auteur de plus de 200 publications scientifiques dans divers domaines du développement des médicaments en oncologie et il est membre de l’AACR, de l’ASCO, l’Association Internationale du Cancer du Foie (International Liver Cancer Association) et de la Société Européenne des tumeurs neuroendocrines (European Neuroendocrine Tumor Society).

Membre de l’EORTC depuis plus de 15 ans, le Professeur Raymond est le président du groupe Pharmacologie et Mécanisme Moléculaire (Pharmacology And Molecular Mechanism, PAMM) à l’EORTC.

Pourquoi  devenir un membre de l’EORTC ?

« Il y a 15 ans j’étais un jeune oncologue et l’EORTC m’a offert l’opportunité de conduire des projets originaux ayant contribués à développer ma carrière et mon expérience en recherche clinique.

L’EORTC représente actuellement pour moi la seule plateforme européenne indépendante capable de conduire des projets académiques multicentriques stratégiques en recherche clinique et translationnelle dans différents domaines de l’oncologie. Cet élément est important pour tenir compte des différences importantes dans la prise en charge des patients en Europe par comparaison à l’Amérique du nord et l’Asie.

L’accent doit être mis sur la qualité des études conduites par l’EORTC, probablement seules capables de rivaliser avec l’industrie pharmaceutique en termes de contrôle qualité et de respect des aspects réglementaires tenant compte de la complexité de l’environnement européen.

La validation méthodologique par des experts et statisticiens renommés, la pluridisciplinarité de l’organisation et la gestion de données centralisées au sein de l’EORTC sont des atouts supplémentaires à la conduite de projets de recherche de qualité ayant un réel impact clinique.

l’EORTC développe aussi des stratégies thérapeutiques combinant nouvelles molécules, chirurgie, radiothérapie, imagerie et pathologie moléculaire, et les résultats de nombreuses études publiées par l’EORTC font aujourd’hui références en cancérologie.

Aujourd’hui président du groupe PAMM (Pharmacology And Molecular Mechanism) au sein de l’EORTC, j’ai le souhait de renforcer les interactions et projets translationnels entre les experts en biologie du cancer, en pharmacologie et en développement précoces de nouvelles molécules en lien avec les groupes orientés tumeurs d’organe de l’EORTC. »

Le prochain meeting du groupe PAMM illustrera cet effort de regrouper des experts représentant les divers partis impliqués dans le développement précoce de nouvelles molécules. L’accent sera porté sur les innovations thérapeutiques dans les cancers du sein, colorectaux et du pancréas.

Quelle est votre vision concernant le domaine de l’oncologie dans l’Union Européenne ?

Plusieurs domaines sont en plein essor en oncologie et seront sans doute susceptibles de modifier considérablement notre vision du cancer et les approches thérapeutiques en ce début de millénaire.

  • Les nouvelles cibles et de nouveaux principes thérapeutiques.

L’importance de l’environnement tumoral dans la carcinogénèse et l’évolution des cancers commencent seulement aujourd’hui à être mieux compris. La complexité de l’immunologie des tumeurs et les récents apports de l’immunothérapie en sont l’illustration. D’autres pistes d’immunothérapie impliquant l’utilisation de cellules effectrices modifiées par l’ingénierie biologique ou les vaccins devraient rapidement élargir la gamme des options de traitements en immunothérapie. La plasticité de l’environnement tumoral et l’adaptation épigénétique aux modifications de cet environnement sous l’effet du temps et des traitements, responsable d’évolutions variables et de résistances aux traitements, sont cependant encore très mal compris.

Si l’effort considérable apporté à comprendre les altérations géniques majeures facilitant la progression tumorale a déjà rendu possible le développement de nombreuses thérapies ciblées retardant la progression tumorale, les effets de ces traitements ne permettent pas encore d’obtenir de guérison, ce qui suggère que d’autres facteurs indépendant d’oncogènes spécifiques entre en jeu dans l’histoire naturelle du cancer. La modulation épigénétique, les microRNA, les mécanismes d’oxydation protéique, la modulation thérapeutique des cellules non tumorales du stroma, la reprogrammation des cellules du stroma par l’utilisation de cellules souches sont autant de pistes thérapeutiques importantes qui restent encore aujourd’hui du domaine de la recherche.

  • La biologie moléculaire clinique.

La démocratisation et la simplification technologique de l’analyse génomique et génétique des tumeurs au cours des années à venir nous permettra sans doute de prédire l’apparition de cancer, d’établir un diagnostic précoce et de suivre en temps réel les altérations nucléiques des cancers. L’intégration de ces informations au sein de réunions de concertation pluridisciplinaires (tumor boards) devrait faire partie intégrante de la prise en charge des patients. De plus, le protéome et le lipidome restent encore à ce jour mal connus et la technologie actuelle ne permet que très partiellement d’étudier les altérations résultantes des cancers. Gageons que l’identification de nombreux nouveaux biomarqueurs d’utilité clinique voit le jour dans les années à venir.

  • Les nouvelles technologies d’intelligence artificielle.

L’utilisation de base de métadonnées cliniques, sociales et biologiques devrait permettre d’affiner la prise en charge de nombreux cancers. Source d’information pour les agences réglementaires et les organismes tiers payants, ces métadonnées pourraient se révéler d’une importance cruciale dans les années à venir pour définir le diagnostic, le pronostic et la prise en charge des patients souffrants de maladies chroniques comme le cancer.

  • L’ingénierie diagnostique et thérapeutique.

L’intégration de l’imagerie temps réelle aux techniques robotiques chirurgicales, l’utilisation de nouveaux matériaux de synthèse, les nouveaux outils de radiothérapie utilisant de nouvelles sources et faisceaux, les améliorations en radiologie interventionnelle, l’imagerie moléculaire scintigraphique couplée au scanner et l’IRM, la spectrométrie et les analyses pharmacogénétiques sont autant de sources technologiques susceptibles d’élargir le champ des possibles en cancérologie.

  • L’amélioration de l’organisation des soins et des soins de support.

L’intégration de nouvelles technologies et de nouveaux traitements n’est susceptible d’impacter de façon significative la santé publique que si des progrès réels sont apportés à l’amélioration des parcours de soins des patients. De même, l’optimisation des soins de support et des approches visant à améliorer la qualité de vie des patients souffrants de cancer est essentielle pour permettre la réhabilitation des patients dans leur vie sociale et professionnelle.

Activités du bureau de liaison de mai à septembre  2016

Essais autorisés 2ème et 3ème trimestres 2016

Durant les deuxièmes et troisièmes trimestres 2016, 3 nouvelles études sont en cours d’autorisation en France.

TUMEURS THORACIQUES

  • ESSAI 1205-LCG: ETUDE DE PHASE II NON RANDOMISEE
    Titre de la recherche: Etude randomisée de phase II de l’EORTC portant sur la pleurectomie/décortication (P/D) précédée ou suivie d’une chimiothérapie chez des patients atteints d’un mésothéliome pleural malin au stade précoce

    Son objectif est d’évaluer la faisabilité d’une P/D immédiate suivie d’une chimiothérapie à base de cisplatine/pémétrexed ou d’une P/D différée après une chimiothérapie à base de cisplatine/pémétrexed chez des patients atteints d’un mésothéliome pleural malin au stade précoce. Cette étude vise également à déterminer l’ordre de traitement le plus efficace entre la chirurgie et la chimiothérapie : chimiothérapie avant ou après la chirurgie.L’investigateur coordonnateur de cette étude est le Dr Laurent GREILLIER de l’Hôpital Nord-La Timone à Marseille.

    Essai autorisé par l’ANSM le 25 mai 2016 et non approuvé par le CPP Sud-Méditerranée II (Marseille) le 03 juin 2016. Actuellement cette étude est temporairement suspendue.

CANCERS GASTRO-INTESTINALES

  • ESSAI 1317: CABOGIST- ETUDE DE PHASE II NON RANDOMISEE
    Titre de la recherche: «Étude de phase II portant sur le cabozantinib chez des patients atteints de tumeur stromale gastro-intestinale (GIST) métastatique dont la maladie a progressé pendant le traitement néoadjuvant, adjuvant ou palliatif par imatinib et sunitinib».

    L’étude actuelle de phase II a comme objectif principal d’évaluer l’innocuité et l’activité des cabozantinib chez les patients atteints de GIST métastatique qui ont déjà progressé sous imatinib et sunitinib et qui n’ont pas encore été exposés à d’autres inhibiteurs de tyrosine kinase.
    L’investigateur coordonnateur de cette étude au sein de l’EORTC est le Dr Jean-Yves BLAY.

    Demande d’autorisation et d’avis en cours d’évaluation par l’ANSM et le CPP SUD-EST II

CANCER DE LA PROSTATE

  • ESSAI 1333-GUCG : PEACE III- ETUDE DE PHASE III RANDOMISEE
    Titre de la recherche : A randomized multicenter phase III trial comparing enzalutamide vs. a combination of Ra223 and enzalutamide in asymptomatic or midly symptomatic castration resistant prostate cancer patients metastatic to bone. PEACE III

    Son objectif est d’évaluer si la combinaison d’enzalutamide et de Ra223 améliore la survie sans progression radiologique (rPFS1) par rapport à l’enzalutamide seul chez les patients atteints de cancer de la prostate avec des métastases osseuses résistant à la castration (CPRC).L’investigateur coordonnateur de cette étude est le Pr Yohann LORIOT de l’Institut Gustave Roussy à Villejuif.

    Demande d’autorisation et d’avis en cours d’évaluation par l’ANSM et le CPP IDF VII

Essais amendés entre mai et septembre 2016

Durant les second et troisième trimestres 2016, 14 amendements substantiels ont été soumis ou autorisés sur des études conduites en France.

SARCOMES

  • ESSAI 1202: ETUDE DE PHASE II RANDOMISEE
    Titre de la recherche : « Étude randomisée de phase II évaluant l’utilisation du cabazitaxel ou une perfusion prolongée par ifosfamide dans le traitement des liposarcomes dédifférenciés métastatiques ou localement avancés inopérables »

    Amendement FR05 autorisé par le CPP Est II (Besançon) le 12 juillet 2016 et autorisé par l’ANSM le 19 septembre 2016.

     

  • ESSAI 1321 (ALT-GIST) : ETUDE DE PHASE II RANDOMISEE
    Titre de la recherche : « Essai de phase II randomisé portant sur l’administration alternée d’imatinib et de régorafénib par rapport à l’imatinib seul pour le traitement de première intention d’une tumeur stromale gastro-intestinale avancée (GIST). »

    Amendement FR01 autorisé par le CPP Ile de France V (Saint-Antoine) le 03 mai 2016.

     

  • ESSAI 1403: REECUR- ETUDE DE PHASE II ET III RANDOMISEE
    Titre de la recherche : « Essai international, randomisé, contrôlé de chimiothérapies en traitement du sarcome d’Ewing récidivant et réfractaire primaire »

    Amendement FR02 autorisé par le CPP Ile de France V (Saint-Antoine) le 06 septembre 2016.
    Amendement FR03 autorisé par le CPP Ile de France V (Saint-Antoine) le 04 octobre 2016.

     

CANCERS CEREBRALES

  • ESSAI 1320: ETUDE DE PHASE II RANDOMISE
    Titre de la recherche: «Etude de phase II randomisée évaluant la Trabectédine dans le traitement des méningiomes de grade II ou III récidivant »

    Amendement FR02 autorisé par le CPP Nord-Ouest III (Caen) le 10 septembre 2016.

     

  • ESSAI 26091: TAVAREC- ETUDE DE PHASE II RANDOMISEE
    Titre de la recherche : « Essai de phase II randomisé stratifié, multicentrique et en ouvert évaluant l’intérêt du bévacizumab dans les gliomes malins récidivants de grade II ou III ».

    Amendement FR07 soumis au CPP Ile de France III (Cochin) et à l’ANSM le 02 septembre 2016.

     

  • ESSAI 26101: ETUDE DE PHASE II RANDOMISEE
    Titre de la recherche: « Essai de phase II sur la séquence de l’association bevacizumab-lomustine chez des patients présentant une première récidive de glioblastome »

    Amendement FR06 autorisé par le CPP IDF VI (Pitié Salpêtrière) le 01 juin 2016 et l’ANSM le 04 mai 2016.

     

MELANOMES

  • ESSAI 1208 : ETUDE DE REGISTRE
    Titre de la recherche: «Minitub: Registre prospectif de patients souffrant de mélanome avec atteinte tumorale minime du ganglion sentinelle (GS), qui subissent un curage ganglionnaire total ou sont sous surveillance ganglionnaire.»

    Amendement FR03 autorisé par le CPP Ile de France VI (Pitié-Salpêtrière) le 15 juillet 2016.

     

LEUCEMIES INFANTILES

  • ESSAI 58051 : INTERFERANT 06 – ETUDE DE TRAITEMENT
    Titre de la recherche : « Protocole de traitement international pour les enfants âgés de moins d’un an, atteints d’une leucémie aiguë lymphoblastique »

    Amendement FR06 autorisé par le CPP Centre Ouest I (Tours) le 06 juillet 2016.

     

  • ESSAI 58081 : ETUDE OBSERVATIONNELLE
    Titre de la recherche : «Recherche translationnelle – étude observationnelle pour l’identification de nouveaux facteurs pronostiques et de nouvelles cibles thérapeutiques pour les leucémies lymphoblastiques aiguës (LLA) de l’enfant.»

    Amendement FR08 autorisé par le CPP Sud-Est II (Lyon) le 25 mai 2016.
    Amendement FR09 autorisé par le CPP Sud-Est II (Lyon) le 01 septembre 2016.

     

  • ESSAI 58LAE : ETUDE OBSERVATIONNELLE
    Titre de la recherche : « Devenir des patients traités dans l’enfance pour Leucémie Lymphoblastique Aiguë (LLA) dans les études EORTC CLG entre 1971 et 1998 »

    Amendement FR06 autorisé par le CPP Sud-Ouest et Outre-Mer II (Toulouse) le 09 septembre 2016

     

TUMEURS ENDOCRINIENNES

  • ESSAI 1209 : ETUDE DE PHASE II RANDOMISEE
    Titre de la recherche : Une étude de phase II évaluant la sécurité et l’efficacité du nintedanib (BIBF1120) en traitement de seconde ligne chez des patients atteints de cancer de la thyroïde différencié ou médullaire évolutif après une première ligne de traitement.

    Amendement FR04 autorisé par le CPP IDF VI (Pitié Salpêtrière) le 15 juillet 2016

     

MALADIES INFECTIEUSES

  • ESSAI 65091 : ETUDE DE PHASE III RANDOMISEE
    Titre de la recherche : « Traitement antifongique empirique versus préventif chez les patients atteints d’affections hématologiques malignes. Étude ouverte de phase III, de stratégie thérapeutique, des groupes Maladies infectieuses et Leucémie de l’EORTC »

    Amendement FR06 autorisé par le CPP IDF VII (Kremlin Bicêtre) le 03 août 2016

     

Essais à venir

Il est prévu l’ouverture de plusieurs nouvelles études sur le territoire français en 2016-2017. 7 d’entre-elles sont en cours de soumission réglementaire et devraient être autorisées d’ici la fin 2016-début 2017.

CANCERS GASTRO-INTESTINALES

  • ESSAI 1316 : INTERAACT- ETUDE DE PHASE II RANDOMISEE
    Titre de la recherche : « Essai de phase II, international, ouvert, multicentrique et randomisé portant sur le cancer de l’anus avancé comparant le cisplatine associé au 5-fluorouracile et le carboplatine associé au paclitaxel administré une fois par semaine chez des patients atteints d’une maladie inopérable localement récidivante ou métastatique »

    L’objectif principal de cette étude est le meilleur taux de réponse globale (TRG) dans le bras cisplatine plus 5-fluorouracile (5-FU) par rapport au bras carboplatine plus paclitaxel administré une fois par semaine.
    L’investigateur coordonnateur de cette étude au sein de l’EORTC est le Dr Michel DUCREUX.

    Dossiers de soumission ANSM et CPP en cours de préparation

     

MELANOMES

  • ESSAI 1332-SPECTA :
    Titre de la recherche : « SPECTAmel : Caractérisation moléculaire des patients atteints de mélanomes pour un accès efficace aux essais cliniques »

    Son objectif est le même que toutes les études faisant partie de la plateforme SPECTA.
    L’investigateur coordonnateur de cette étude est le Dr Caroline ROBERT de l’Institut Gustave Roussy de Villejuif

    Dossiers de soumission ANSM et CPP en cours de préparation. Actuellement cette étude est temporairement suspendue.

     

  • ESSAI 1414-ROG-GUCG : ETUDE DE PHASE IIIB RANDOMISEE
    Titre de la recherche : “Phase IIIb randomized trial comparing irradiation plus long term adjuvant androgen deprivation with GnRH antagonist versus agonist plus flare protection in patients with very high risk localized or locally advanced prostate cancer. A joint study to EORTC ROG and GUCG”

    L’investigateur coordonnateur de cette étude est en cours de sélection.

    Dossiers de soumission ANSM et CPP en cours de préparation

     

CANCERS GYNECOLOGIQUES

  • ESSAI 1508 – GCG: ETUDE DE PHASE II RANDOMISEE
    Titre de la recherche: “A phase II study of the anti-PDL1 antibody atezolizumab, bevacizumab and acetylsalicylic acid to investigate safety and efficacy of this combination in reccurent platinum-resistant ovarian, fallopian tube or primary peritoneal adenocarcinoma »

    Son objectif est d’évaluer l’efficacité et la toxicité de 5 traitements différents impliquant l’atezolizumab, le bevacizumab et/ou l’acide acétylsalicylique/placebo chez des patients atteints d’un cancer ovarien, des trompes de Fallope ou péritonéal primitif avancé récidivant et résistant au platine afin de sélectionner les traitements optimaux pour poursuivre le développement en phase III.
    L’investigateur coordonnateur de cette étude est le Dr Anne Mercier-Blas du Centre Hospitalier Privé Saint-Grégoire (9364)

    Dossiers de soumission ANSM et CPP en cours de préparation

     

SARCOMES

  • ESSAI 1506-STBSG :
    Titre de la recherche : “A Phase II multicenter study comparing the efficacy of the oral angiogenesis inhibitor nintedanib with the intravenous cytotoxic compound ifosfamide for treatment of patients with advanced metastatic soft tissue sarcoma after failure of systemic non-oxazaphosporine-based first line chemotherapy for inoperable disease “ANITA”

    L’investigateur coordonnateur de cette étude est en cours de sélection.

    Dossiers de soumission ANSM et CPP en cours de préparation

     

MULTITUMEURS

  • ESSAI 1527-GITCG-IG
    Titre de la recherche : “DREAM : Diffusion-Weighted Magnetic REsonance Imaging Assessment of Liver Metastasis to Improve Surgical Planning”

    L’investigateur coordonnateur de cette étude est le Dr Serge EVRARD de l’institut Bergonié à Bordeaux.

    Dossiers de soumission soumis à l’ANSM et au CPP SO-OM IV (Limoges) le 11 octobre 2016

     

EORTC trials portfolio and recruitment status in France

List of studies recruiting or under activation or recently closed for recruitment in France (cut-off date: 04/10/2016)

Quel genre d’assistance fournit le bureau de liaison de l’EORTC ?

Point de contact

Le bureau de liaison français de l’EORTC est un point de contact national qui permet aux investigateurs français de fournir des orientations ainsi que des informations et une assistance pratiques sur tous les aspects de la participation aux études de l’EORTC. Il supervise la collaboration et la communication avec le personnel du siège de l’EORTC en charge de l’étude.

Soutien réglementaire pour l’activation d’études de l’EORTC en France

Le bureau de liaison français de l’EORTC assiste l’unité des affaires réglementaires de l’EORTC dans la préparation du dossier de demande d’essai clinique qui sera déposé auprès de l’ANSM et du CPP. Conjointement avec le coordinateur national et le panel de patients, il vérifie la qualité des traductions de documents clés, tels que la lettre d’information du patient/formulaire de consentement éclairé et le résumé du protocole, et adapte le premier aux exigences nationales.

Sur demande, le bureau de liaison peut assister le gestionnaire de contrat de l’EORTC dans les procédures de négociation de contrats sur site (conventions médicales) avec les départements juridiques des sites en question. Le bureau de liaison français de l’EORTC peut orienter les jeunes investigateurs français sur la procédure à suivre pour la mise en place d’essais de l’EORTC sur leur site.

Soutien aux investigateurs souhaitant introduire une demande d’adhésion à l’EORTC

L’adhésion à l’EORTC donne la possibilité de participer activement aux essais cliniques de l’EORTC ainsi qu’aux réunions, conférences et formations des groupes de l’EORTC. Les personnes intéressées peuvent déposer leur candidature directement auprès du comité d’adhésion (membership@eortc.be), ou via les structures des groupes de recherche (président ou secrétaire). L’ensemble des informations et formulaires de candidature sont disponibles auprès du bureau de liaison français de l’EORTC.

Opportunités de carrière pour les jeunes investigateurs (médecins et statisticiens)

L’EORTC est constamment à la recherche de jeunes talents désireux de développer leurs compétences sous la supervision de l’EORTC. Différentes opportunités s’offrent à eux. Les bourses octroyées s’étendent sur une période de 1 à 3 ans. Les jeunes peuvent alors concevoir, construire et analyser différents types de données, avec la possibilité de produire un rapport final qu’ils pourront publier ou présenter au cours d’un congrès scientifique d’envergure internationale. Toutes les personnes intéressées par le travail de recherche réalisé au sein de l’EORTC sont les bienvenues.

Des informations sur les bourses actuellement disponibles auprès du siège de l’EORTC sont disponibles ici.

Calendrier des manifestations

Le calendrier complet des réunions, conférences et formations scientifiques de l’EORTC par catégorie est disponible ici.
Pour accéder directement à des informations sur le calendrier des réunions des groupes de recherche de l’EORTC, cliquez ici.

À vos AGENDAS !

Nous vous recommandons vivement d’assister aux conférences suivantes :

28e édition du EORTC-NCI-AACR Symposium on “Molecular Targets and Cancer Therapeutics”
Lieu : Munich, Allemagne (29/11-02/12/2016)

Nous sommes heureux de vous annoncer que la 28e édition du EORTC-NCI-AACR Symposium on Molecular Targets and Cancer Therapeutics se déroulera à Munich. Organisée par l’Organisation européenne pour la recherche et le traitement du cancer (EORTC), l’Institut national du cancer (NCI) et l’Association américaine pour la recherche sur le cancer (AACR), l’édition 2016 de ce symposium réunira quelque 2 000 universitaires, scientifiques et représentants de l’industrie pharmaceutique en provenance du monde entier. Ensemble, ils discuteront des innovations qui touchent le développement de médicaments et la sélection de cibles thérapeutiques, ainsi que de l’impact des découvertes récentes de la biologie moléculaire.

Ce symposium est unique. C’est LE forum scientifique qui contribuera à développer les médicaments du futur ! Ce symposium d’un genre unique, qui est à l’avant-garde du développement de médicaments, permettra aux participants d’intégrer les dernières découvertes et connaissances à leur travail et à leur pratique professionnelle. Cette édition misera sur le succès remporté par le symposium précédent, qui a été largement applaudi pour la qualité de son programme, ses remarquables contributions et ses analyses exclusives.

Plus d’informations sur le site web de l’ENA 2016

EORTC Groups Annual Meeting -EGAM – 09-10/03/2017
Lieu: Bruxelles, Belgique

Plus d’informations sur le site web de l’EORTC.

Nos coordonnées sont disponibles sur la page d’accueil du bureau de liaison français de l’EORTC.

Find us

Avenue Emmanuel Mounier, 83/11
Brussels 1200
Belgium

Contact us

Follow us

Funding